Est-ce qu’une biomasse forestière achetée à moindre coût doit nécessairement être considérée comme une « bonne affaire » ?

 
Bien que le coût de la biomasse forestière soit un élément important à considérer afin d’évaluer la rentabilité des projets de chauffage, plusieurs autres facteurs doivent être évalués afin de valider si la biomasse proposée par un fournisseur peut être considérée comme une « bonne affaire ». Les facteurs suivants doivent notamment être considérés :

    • Le taux d’humidité
      Comme mentionné précédemment, le taux d’humidité de la biomasse utilisée doit correspondre aux spécifications du fabricant de la chaudière. Par exemple, un taux d’humidité trop élevé nuit à l’efficacité de combustion. En effet, l’eau contenue dans le combustible demande une quantité d’énergie supplémentaire pour être chauffée et transformée en vapeur d’eau, ce qui peut compromettre l’atteinte de la température idéale de combustion. Par le fait même, le taux d’humidité aura aussi un impact sur les émissions atmosphériques de la chaudière. Une biomasse plus humide aura aussi un impact à la hausse sur les coûts de transport. Le prix au kWh ($/kWh) est une unité de mesure qui permet d’évaluer l’impact du taux d’humidité de la biomasse sur les coûts d’approvisionnement.
    • La contamination et le taux de cendre
      La pierre, le sable, la glace ou tout autre contaminant mélangé à la biomasse lors des différentes étapes de la chaîne d’approvisionnement ont un impact sur le taux de cendre de la combustion. Lorsque celui-ci est élevé, il est nécessaire de mettre en place des systèmes de décendrage plus performants, donc plus coûteux. Les contaminants comme la peinture ou les colles peuvent aussi limiter l’utilisation de la cendre pour l’agriculture, entraîner des émissions atmosphériques polluantes, en plus de causer des bris ou un usage prématuré de l’équipement de combustion.

Il est possible de constater que la biomasse forestière offerte à bas coût peut, en considérant tous les facteurs pertinents, coûter plus cher au client au bout du compte qu’une biomasse achetée à coût régulier parce que contrôlée et normalisée. L’achat de biomasse forestière dont les caractéristiques répondent aux spécifications du fabricant de l’équipement de combustion et dont la qualité est homogène dans le temps (taux d’humidité, granulométrie, absence de contaminants) demeure un choix avisé.

Bâtiment d'entreposage © Fédération québécoises des coopératives forestières

Bâtiment d’entreposage © Fédération québécoises des coopératives forestières

 

Les commentaires sont clos.