Est-ce que tous les types de bâtiments peuvent être facilement convertis au chauffage à la biomasse forestière ?

 
Afin d’évaluer le potentiel des bâtiments pour la substitution du système de chauffage en place par un système de chauffage à la biomasse, il est nécessaire de considérer trois critères :

    • La consommation d’énergie du bâtiment
      Une consommation énergétique élevée est un avantage en faveur de la conversion. En effet, plus la consommation d’énergie est importante, plus le volume de biomasse forestière nécessaire sera grand et plus les économies potentielles devraient être importantes. Ce sont ces économies qui permettront de récupérer les investissements à réaliser en début de projet sur une période plus ou moins longue (période de retour sur investissement). Puisque l’installation d’une chaudière à la biomasse forestière et de ses systèmes connexes représente un investissement de base relativement important, même pour des projets modestes, plus la consommation d’énergie est élevée, plus il sera facile de supporter le coût des investissements.
    • Le système de distribution de chaleur du bâtiment
      La présence, dans le bâtiment, d’équipements et d’infrastructures permettant un raccordement facile à une chaudière à la biomasse utilisant l’eau chaude comme fluide caloporteur (considérée la norme sur le marché) rendra la conversion beaucoup plus intéressante. En effet, la présence de ces équipements et infrastructures permet de réaliser des économies importantes sur les frais liés à la transformation des équipements de distribution de chaleur (ex. : remplacement d’un aérotherme à combustion directe par un aérotherme à eau chaude), sur la plomberie, ainsi que sur les modifications et les réparations à l’intérieur du bâtiment (murs, plafonds, etc.).
    • La puissance de la chaudière installée
      La puissance installée de la chaudière permet d’estimer le coût des investissements qui seront requis pour effectuer la conversion à la biomasse. Or, les chaudières de plus grande puissance ont un coût unitaire ($/kW) beaucoup plus faible que les chaudières de petite puissance. Cette économie contribue à rendre les projets nécessitant des chaudières de plus grande puissance généralement plus avantageux sur le plan économique.

Pour en savoir plus sur le potentiel de substitution des systèmes de chauffage au mazout, et au propane par des systèmes de chauffage à la biomasse au Québec, consultez l’Évaluation économique de la filière de la biomasse forestière destinée aux projets de chaufferies.

Hopital de Maria© Compte Fournier

Hopital de Maria© Compte Fournier

Les commentaires sont clos.