La vision

Pourquoi choisir le chauffage à la biomasse forestière?

 

Vision Biomasse Québec brochure

Téléchargez notre brochure

Le Québec alloue des sommes gigantesques, 13,6 milliards de dollars en 2012, à l’importation d’énergies fossiles. Bien que la principale utilisation de cette énergie soit le transport, un volume énorme est encore consommé pour le chauffage des bâtiments et la production de vapeur dans les procédés industriels.

Selon le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN), ce volume atteignait en 2011, en produits pétroliers seulement, plus de 27 millions de barils ou quelque 4,2 milliards de litres.

Les avantages de l’utilisation de la biomasse forestière résiduelle pour le chauffage, comparativement à celle des combustibles fossiles, sont nombreux:

    • Énergie renouvelable
      En respectant les bonnes pratiques reconnues, comme les seuils de récolte sur les sites forestiers sensibles, le renouvellement de la biomasse forestière est assuré dans le temps et sa récolte affecte peu les écosystèmes forestiers.
    • Ressource locale
      En utilisant une ressource locale au lieu d’importer des combustibles fossiles, il est possible de réduire les dépenses énergétiques du Québec, et conséquemment d’améliorer sa balance commerciale. Il est aussi possible, du même coup d’augmenter l’autonomie et la sécurité énergétique des communautés, qui sont ainsi moins dépendantes de la disponibilité et des coûts de ces combustibles sur la scène internationale. Finalement, l’approvisionnement en biomasse forestière, lorsqu’elle est effectuée en circuit court, diminue les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des combustibles.
    • Source de richesses collectives
      La filière du chauffage à la biomasse forestière est une source de retombées pour le Québec en termes économiques. Selon Vision Biomasse Québec, la valorisation de 1 million de tonnes métriques anhydres de biomasse résiduelle permettrait la création de 16 000 emplois, dont plus du quart seraient récurrents, au cours des phases de construction des installations et d’exploitation.
    • Énergie peu coûteuse
      La biomasse forestière résiduelle est une option très avantageuse pour les utilisateurs. Les plaquettes (6,57 $/GJ) et les granules (10,26 $/GJ) sont très compétitives par rapport au mazout (22,89 $/GJ) ou au propane (26,36 $/GJ). Bien que les investissements liés à l’acquisition de l’équipement de combustion en début de projet soient plus importants que pour les combustibles traditionnels, le bas coût du combustible biomasse permet de réduire significativement la période de retour sur investissement (PRI) des projets et contribue à générer des économies annuelles substantielles par la suite.
    • Contribution à la lutte contre les changements climatiques
      En procédant à la conversion de systèmes de chauffage aux combustibles fossiles par des systèmes à la biomasse forestière, il est possible de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre du Québec. En effet, comparativement aux combustibles fossiles, la biomasse forestière contribue toujours à la réduction des émissions de CO2 lorsqu’elle est issue d’un aménagement durable des forêts, puisque les arbres repoussent et que les résidus de bois se décomposent inévitablement. Toutefois, en utilisant de la biomasse forestière résiduelle (résidus de coupe, résidus conjoints de sciage, etc.), il est possible d’obtenir des réductions de gaz à effet de serre beaucoup plus rapidement, ce qui est essentiel dans le cadre d’un enjeu reconnu pour son urgence.

Les cibles de Vision Biomasse Québec

Vision Biomasse Québec s’est fixé sept cibles de développement de la filière du chauffage à la biomasse forestière pour 2025. Ces cibles, directement liées aux avantages de la filière qui ont été présentés précédemment, touchent autant les sphères économique et environnementale, que sociale.

 

Cibles de développement © Vision Biomasse Québec

 

Le marché visé

Les cibles du regroupement reposent sur une conversion des systèmes de chauffage au mazout lourd et léger, ainsi qu’au propane, par des systèmes à la biomasse forestière résiduelle. Le potentiel de conversion est énorme. Pour le secteur industriel, ainsi que le secteur commercial et institutionnel, Vision Biomasse Québec vise des conversions équivalentes à 3 000 GWh et 1 000 GWh, respectivement, et ce, hors Montréal. L’impact visé est la substitution de 2,5 millions de barils de pétrole par an.

 

Marché visé © Vision Biomasse Québec

Marché visé © Vision Biomasse Québec

Des engagements envers l’environnement et les communauté

Vision Biomasse Québec s’est aussi doté de critères environnementaux élevés et novateurs répondant aux préoccupations liées aux changements climatiques, à la qualité de l’air et à la santé des citoyens. Ces critères sont essentiels afin que la filière puisse incarner l’exemplarité souhaitée en matière de production d’énergie et susciter l’appui de la population.

Les engagements de Vision Biomasse Québec envers l’environnement et les communautés sont les suivants :

Maximiser les bénéfices en matière de réduction de gaz à effet de serre

    • Privilégier les sources de biomasse associées à un délai de remboursement court de la dette de carbone.
    • Remplacer prioritairement les combustibles fossiles les plus polluants.
    • Optimiser la logistique des chaînes d’approvisionnement.

Réduire les impacts sur la santé et la qualité de l’air

    • Choisir des équipements performants permettant de surpasser la réglementation en place en matière d’émissions atmosphériques.
    • Mettre en œuvre des pratiques d’opération et d’entretien des équipements afin de maintenir leur performance.
    • Utiliser un combustible adapté aux exigences de performance de l’équipement.

Limiter les effets sur les écosystèmes

    • Proscrire la récolte d’arbres verts strictement pour la production de chaleur.
    • Appliquer les bonnes pratiques en matière de récolte de biomasse (sites à éviter et respect des seuils de prélèvement).
    • Travailler avec les chercheurs afin de compléter l’expertise et faciliter l’acquisition des données sur le terrain.

Favoriser la meilleure intégration des projets dans les communautés

    • Intégrer les éléments relatifs au bien-être des citoyens dans la planification des projets.
    • Prioriser la création de retombées économiques à long terme dans l’économie locale.
    • Informer et consulter la population touchée par les projets.
©PatrickBoucher

© Patrick Boucher

Comments are closed